Le luxe en Belgique et au Luxembourg

Quand les femmes se mettent aux start-up

Journée de la femme • 08. mars 2015
Catherine Noyer
Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Une première pour le Grand Duché
Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Katarzyna Kolodziejczyk (Kasia Kolo) ambassadrice du WED

Katarzyna Kolodziejczyk, son nom sonnait compliqué à nos oreilles, elle a donc opté pour la forme allégée, Kasia Kolo. Kasia est devenu le signe de marque pour le WED. Ambassadrice pour le Luxembourg, elle explique ce qui se cache derrière ce sigle : «Le Woman’s Entrepreneurship Day met en avant les femmes chefs et créatrices d’entreprises dans le monde entier. Cette journée a été inaugurée le 19 novembre 2014 dans le cadre de la Global Entreprenneurship Week et se tiendra dorénavant tous les ans.»

Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Femmes d'affaire sur le Podium... (Patrice Caire, Dorothea Bekker, Rana Hein-Hartmann, Aude Lomogne, Genna Elvin, Feyrouz Ashoura, Amy Rose de g. à dr.)
Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
... pour répondre au public
Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Près de 200 personnes ont assisté à la manifestation

D’origine polonaise, la jeune femme a une carrière professionnelle assez inhabituelle. «J’ai fait des études de traductrice en Pologne puis je suis parti aux Etats Unis. Comme la Pologne sortait du communisme à cette époque, pour moi cela signifiait la liberté absolue. Je voulais poursuivre mes études là bas, mais cela n’a pas fonctionné et je suis retournée dans mon pays pour trouver un job.»

Le job, elle le trouve finalement à Bratislava en Slovaquie dans une compagnie aérienne. Ce travail lui a permis de voyager et de réaliser qu’elle n’était pas faite pour finir ses jours à faire de la traduction dans un bureau.  «J’ai donci trouvée un poste d'assistant dans une compagnie de logistique à Varsovie. Après avoir fait mes preuves j'ai eue plus de responsabilités dans cette même entreprise et je me suis retrouvée à Vienne et puis au Luxembourg.»

Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Aude Lemogne
Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Des femmes de métiers différents ont fait participer le public de leur expérience professionnelle. (Genna Elvin et Feyruz Ashoura)
Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Patrice Caire et Dorothea Bekker

Au Grand Duché elle quitte la compagnie puisqu’on lui avait proposé un travail plus intéressant. «Je pensais atterrir dans un petit pays et j’ignorais que je me lançais à nouveau dans le milieu international». A 30 ans Kasia quitte l’entreprise luxembourgeoise pour s’établir à son compte.

Avant de créer une start-up elle se rend en Thaïlande et en Pologne pour des séjours de méditation – séjours qui n’ont pas pu remettre la «workaholic» à terre. Revenue au Luxembourg, un « burnout » remet tout en question. C’est le moment qu’elle choisit  pour se lancer dans sa propre start-up.

De nombreuses rencontres avec des gens pleins d’idées au «The Impactory», une plateforme d’échange d’idées, de savoir-faire et de projets, ainsi que des week-ends spécialisés dans les start-up la font avancer dans son cheminement personnel.

Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Beaucoup de questions de la part du public ...
Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com
Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com

«C’est quand je me suis retrouvée dans cet écosystème d’entrepreneurs, que j’ai postulé pour être ambassadrice du WED». Un vrai challenge car en l’espace d’un mois environ il a fallu organiser l’évènement au Luxembourg. «J’ai réussi avec l’aide de mes amis. Pas loin de 200 visiteurs y ont assisté, je n’aurai jamais cru pouvoir en attirer autant. Cela prouve que le WED peut être également très important au Luxembourg».

Kasia part du principe qu’un entrepreneur est une personne qui s’engage dans une affaire sans en connaître le résultat final. «Que ce soit en créant sa propre entreprise ou en faisant preuve d’un esprit d’entrepreneur dans son travail, cela  revient au même. Ce que recherchent les entreprises, ce sont des collaborateurs avec plein d’ambition et surtout avec plein d’idées».

http://www.womenseday.org/

http://theimpactory.com/

Quand les femmes se mettent aux start-up - luxebelux.com