Le luxe en Belgique et au Luxembourg

Quand le paon s’orne d’émeraudes et saphirs

14. août 2015
Catherine Noyer

Avec sa nouvelle collection de haute joaillerie, Piaget nous emmène dans un voyage mystérieux sur la route de la soie de Venise à Samarcande. Pour la première fois le joaillier marie pierres précieuses et plumes - un défi pour Nelly  Saunier, plumassière réputée.

 

 

Quand le paon s’orne d’émeraudes et saphirs - luxebelux.com
Maître d'art et plumassière réputée: Nelly Saunier (Photo: Catherine Noyer)

«J’avais 14 ans quand j’ai découvert ce métier. J’ai passée toute mon enfance dans un grand jardin, à observer la nature et à grimper dans les arbres, tout près des oiseaux. Quand il a fallu choisir un métier manuel, il était évident que j’opte pour celui de plumassière.»  Nelly Saunier passe alors dans des ateliers et les écoles – une vraie révélation, comme elle souligne. «En 1979 travailler avec des plumes n’était pas considéré comme un métier. Mais j’en voulais tellement qu’on m’a proposée de faire l’école des arts appliquées.»

Sans oublier sa matière de prédilection, la jeune étudiante se spécialise alors dans l’art du textile, en intégrant dans ses motifs des plumes ou bien en créant des textiles carrément en plumes. A travers ses rencontres dans le monde de la mode, elle peut entrer dans des célèbres maisons de couture. Chanel, Givenchy, Paco Rabanne, Nina Ricci, Jean Paul Gaultier et bien d’autres font appel à ses services. 

Quand le paon s’orne d’émeraudes et saphirs - luxebelux.com
Six mois se sont écoulés entre le dessin ...
Quand le paon s’orne d’émeraudes et saphirs - luxebelux.com
... et le bijou réalisé.

Nelly Saunier se définit comme artiste et le métier de plumassière comme esthétique et créatif. «Il faut un certain nombre de qualités pour pouvoir l’exercer mais surtout de la patience, qui doit être quelque chose d’inné chez les jeunes qui choisissent cette voie. Cela bien sûr en opposition à notre société qui veut que tout aille de plus en plus vite. Etre plumassière est tout à fait le contraire. Rien que pour acquérir les savoir faire il faut compter une dizaine années. Après on commence à faire son chemin créatif.» 

L’artiste explique comment elle procède  pour obtenir les produits de base – les plumes –: «Je reçois l’oiseau ou je vais l’acheter chez le volailler pendant la période de chasse. Ensuite je tanne la peau et je traite ainsi la plume pour pouvoir la stocker. Ou bien j’achète des plumes en vrac – où il faut prendre le lot et trier. Tout cela demande patience et connaissances en la matière.»

Dernièrement c’est la maison Piaget qui a fait appel au talent du maître d’art pour un vrai projet innovateur, le mariage entre pierres joaillières et plumes. Pour réaliser le bracelet que le joailler propose, Nelly Saunier a travaillé à partir d’un dessin et d’un cahier des charges, qui prévoit déjà le choix des pierres et l’intention des couleurs. S’agissant de deux matières totalement opposées, reste à savoir comment conserver les plumes. «Celles-ci se conservent bien, sans perdre leurs couleurs naturelles. J’ai même des stocks de plumes qui ont une centaine d’années sans avoir bougé. Quant au bracelet, il y a, évidemment, quelques règles à respecter pour ne pas l’abimer. On ne fait par exemple pas du cheval sous la pluie avec un tel objet», sourit l’experte. D’ailleurs la maison Piaget conseille ses clientes sur les précautions à prendre pour conditionner et conserver le bijou.

Quand le paon s’orne d’émeraudes et saphirs - luxebelux.com
Quand le paon s’orne d’émeraudes et saphirs - luxebelux.com
Les différentes étapes de la confection du bracelet.
Quand le paon s’orne d’émeraudes et saphirs - luxebelux.com

Le côté clair-obscur des diamants a inspiré la Nelly Saunier pour le choix des plumes du bracelet. «J’ai pris des plumes de paon bleues avec une petite touche de vert pour les marier avec les émeraudes et saphirs. Comme je travaille toujours dans une ultime finesse, l’échelle du bracelet m’a parue plutôt grossière. J’ai proposé alors de travailler encore plus dans le raffinement en utilisant des plumes très, très petites. En entrant dans la matière j’ai joué avec les reflets et la continuité pour créer une harmonie pour l’ensemble de la pièce. Il est bien évident que le tout cela se fait en collaboration étroite avec la créatrice du bijou. Nous travaillons main dans la main.»

On compte difficilement les heures de travail pour un tel projet. Nelly Saunier nous parle de 6 mois pour réaliser ce bracelet. «Avec une maison comme Piaget qui a sa propre manufacture et des équipes sur place, on peut tout faire. Créer une telle harmonie est magique tout comme le fait d’avoir combiné deux métiers extraordinaires.»

Quand le paon s’orne d’émeraudes et saphirs - luxebelux.com
«Les Secrets de Venise» - la parure de la collection reflète les jeux de lumières de la Sérénissime. (Photos: Piaget)