Le luxe en Belgique et au Luxembourg

L'onglerie en mouvement

12. mai 2015
Catherine Noyer

«Il faut savoir utiliser les nouvelles technologies. Elles sont à la base de mon concept novateur dans l’onglerie – concept qui correspond aux exigences des clientes qui veulent trouver un temps de bien-être pour elles sans rendez-vous préalable», explique Alexandra Gosse. La jeune esthéticienne et chef de son propre institut de beauté «Alena» à Luxembourg, a 15 ans de métier et est installée depuis 6 ans à Strassen au Grand Duché.

 

L'onglerie en mouvement - luxebelux.com
Alexandra Gosse: «Il faut utiliser les nouvelles technologies.»
L'onglerie en mouvement - luxebelux.com
L'écran interactif de la borne en fait partie.

Moovenails est un parcours en trois étapes: une borne avec un écran interactif et un logiciel spécifique, où chaque cliente peut choisir les soins et les produits qu’elle désire. Ensuite, elle passe dans un des deux postes de travail du bar à ongles où elle reçoit les soins choisis pour ensuite terminer à la fontaine où sont distribués des produits de gommage et des crèmes, tout cela dans un salon luxueux au design italien.

L'onglerie en mouvement - luxebelux.com
Design italien...
L'onglerie en mouvement - luxebelux.com
... pour l'intérieur du salon.

«L’idée m’est venue au Starbucks Café de la gare de l’est à Paris, après avoir pris  mon ticket à une borne. J’ai passé un temps fou à attendre que les autres clients aient choisi ce qu’ils voulaient boire ou manger. Cela me rappelait un peu mon institut, où les esthéticiennes passaient beaucoup de temps à conseiller les clientes. De plus, pour le soin des ongles il fallait prendre des rendez-vous pour lesquels les clientes se désistaient souvent à la dernière minute – d’où une perte de temps et d’argent», résume Alexandra Gosse.

L'onglerie en mouvement - luxebelux.com
A la borne les clientes peuvent choisir leur programme de soins. (Photos:Catherine Noyer)

A cela s’ajoutait l’arrivée de nouveaux produits tels que les vernis semi-permanents, imbattables quant à la résistance et au brillant. «Comme les produits ont beaucoup évolué, il fallait aussi jouer sur les nouvelles technologies», souligne cette spécialiste.

De plus prendre des rendez-vous pour se faire soigner les ongles est un peu dépassé, car les femmes préfèrent faire une pause pour «bien-être» quand elles en ont besoin et envie. Depuis l’ouverture en avril, l’écho de la clientèle d’Alexandra Gosse vis à vis son nouveau concept est très positif.  Tout cela encourage l’esthéticienne dans son ambition d’ouvrir une dizaine de Moovenails au cours des années 2015 et 2016 au Luxembourg, en France et en Belgique.

www.moovenails.com

 

 

L'onglerie en mouvement - luxebelux.com
(Photo: Moovenails)