Le luxe en Belgique et au Luxembourg

«La cravate fait partie des plaisirs»

14. décembre 2016
Catherine Noyer

Pour  Christophe Goineau, être directeur de création de la soie masculine chez Hermès est le meilleur «job» du monde

Depuis la fin des années 40 Hermès fabrique des cravates. Christophe Goineau a vu l’évolution de «la meilleure amie de l’homme» durant ces 25 dernières années dans la maison parisienne. Actuellement directeur de création de la soie masculine, il nous mène dans l’univers des mythiques cravates et écharpes Hermès. Interview.

«La cravate fait partie des plaisirs» - luxebelux.com
Christophe Goineau : «Aujourd’hui la cravate n’est plus obligatoire»

Vous travaillez chez Hermès depuis plus de 25 ans et vous en êtes maintenant le directeur de création de la soie masculine. Quel a été votre parcours dans cette maison et à quoi correspond votre travail au quotidien ?

La première partie de ma carrière chez Hermès était plus axée sur le coté commercial, mais toujours en connexion avec l’univers de l’homme et de la cravate. Puis de plus en plus prés du produit, j’ai été responsable des collections, puis des collections et du style et finalement Directeur de création de la soie masculine. Aujourd’hui j’aime dire que j’ai le meilleur «job» du monde. En effet mon quotidien n’est que: dessins, rencontres avec des dessinateurs, coloration, matières exceptionnelles, archives incroyables… Au départ nous lançons des pistes avec Véronique Nichanian et Pierre-Alexis Dumas. Puis vient le temps de la recherche, qui n’est simplement que l’approfondissement du comment faire toujours mieux, avec les meilleurs, artistes, artisans, avec les meilleures matières… Beaucoup de bonheur en réalité.

 

Au début il n’y avait que la cravate. Aujourd’hui Hermès propose une large gamme d’écharpes et même de carrés masculins. Comment expliquez-vous cette évolution ?

Aujourd’hui la cravate n’est plus obligatoire, c’est d’ailleurs une très bonne nouvelle, en effet elle quitte un monde d’obligations pour ressusciter dans un monde de plaisir. Aujourd’hui une grande partie de nos clients portent leurs cravates par plaisir, ils choisissent donc leur accessoire avec un grand soin, cherchant la pièce qui est la plus proche de leur envie ou humeur. Nous sommes loin des années 80 ou 90 et de la recherche d’uniforme presque d’uniformité.

«La cravate fait partie des plaisirs» - luxebelux.com
Au départ il y a la fabrication des cadres …
«La cravate fait partie des plaisirs» - luxebelux.com
Après l’impression la soie doit être fixée
«La cravate fait partie des plaisirs» - luxebelux.com
La mise en place de la triplure et le pliage sont réalisés à la main

Après plus d’un quart de siècle passé dans la même maison quelles ont été les étapes marquantes dans le design des cravates et écharpes ?

Chez Hermès nous n’avons jamais de véritables ruptures, mais des évolutions constantes. Les changements les plus marquants sont bien évidemment plus forts sur les dessins et les couleurs que sur les matières ou même les formes.  Mais difficile de ne pas parler des petits animaux des années 80 /90, ou des classiques des années 60 comme des Booms dans le vestiaire masculin.

Les changements ou les étapes se font toujours en douceur avec ce rapport au temps si particulier chez Hermès. Je suis certain que ce rapport au temps est directement lié à la qualité des produits. Cette idée de fidélité, de « bout de chemin » parcouru ensemble. Nous sommes dans l’air du temps plus que dans cette mode pointue.

La collection automne-hiver16 est bien différente de la collection automne-hiver 15 ou 14, mais il reste toujours cette colonne vertébrale, cet ADN, difficile à décrypter mais qui souvent s’inspire et puise dans nos sublimes archives.  Il n’y a pas de création amnésique.

Souvent je compare nos collections à des livres, ou les chapitres d’un livre. Nous devons faire évoluer nos personnages, mais pas trop car on risque de ne pas les reconnaitre, mais suffisamment pour ne pas être ennuyeux : subtil dosage, recherche de justesse, sont pour moi les qualités premières de l’élégance.

 

«La cravate fait partie des plaisirs» - luxebelux.com
«La cravate fait partie des plaisirs» - luxebelux.com
«La cravate fait partie des plaisirs» - luxebelux.com

Quel est le procédé d’impression pour les pièces de soie masculine ?

Hermès est producteur avant d’être vendeur, c’est pour cela qu’Hermès est au cœur de ses produits. (Cela devient de plus en plus rare aujourd’hui).

Dans nos ateliers lyonnais nous imprimons nos dessins, sur nos supports que nous avons préalablement tissés.

Le cadre plat à la Lyonnaise est la technique d’impression de nos carrés et de nos cravates, mais nous travaillons également avec le jet d’encre.  Nous avons pris le temps il y quelques années de réfléchir sur cette nouvelle technique, et nous avons travaillé pendant 3 ans sur les nouvelles propriétés, pour les apprivoiser et les comprendre afin d’en ressortir de réels bénéfices en terme d’opportunité créatrice, avec nos critères de qualité bien évidement. Nous restons toujours à l’écoute des nouvelles techniques pouvant nous aider à progresser. Nous aimons nous souvenir aussi que le premier carré Hermès était imprimé au bloc de bois en 1937.

«La cravate fait partie des plaisirs» - luxebelux.com
Photos : Hermès/François Lacour